CLINDIEU archive : berger et moutons

manipuler pour suivre le dernier-qui-à-parler ou pour relayer les rumeurs et s’en repaître...

ou pire, secrètement 

servir à des fins politiques (comme dans la stratégie

de «cambridge analytica» épinglée aux U.S.A en ce moment pour avoir influencé l’élection de Donald Trump )

ou se jeter dans les premiers bras tendus qui ne se referment sur toi ... que pour mieux te manger, mon enfant !

Le décor pastoral des évangiles détonne-t-il dans notre société bétonnée ? ce serait vite oublié notre instinct grégaire qui nous y ramène dès que nous réagissons en moutons de panurge, si faciles à

mais si l’on doit mourir c’est d’abord à soi-même,

pour apprivoiser un ego bien encombrant qui déteste avoir tort et se débarrasser de ses  préjugés et de ses conditionnements qui alimentent la division et le

conflit .

En première ligne,les réseaux sociaux qui

libèrent la parole dans

une communication à double tranchant s’ ils s’immiscent dans la

vie privée de leurs connectés en aspirant

leurs infos personnelles, contacts,geo-localisation,

préférences,pour les revendre à des

entreprises marchandes pour mieux cibler leur

pub

Mais qui peut prétendre s’être affranchi de la peur

de souffrir et de mourir ?

Nous devons apprendre à mourir,  disait Platon 


Nous sommes tous les brebis que l' Etoile du Berger veut guider  jusqu'à l'enfant-Dieu parce qu’il est le Bon Pasteur et que rien ne saurait manquer où il nous conduit... 

Penser à la mort est difficile, souvent impossible et pourtant nécessaire. Il faudrait oser parler de la fin pour prendre soin l’un de l’autre, pour célébrer la vie, jusque dans les derniers instants...


Apprendre à mourir c’est  apprendre à mieux vivre dans une quête d’harmonie et de paix qui donne plus de densité à l’amour


Chacun sait qu’il va mourir, mais

personne n’y croit ; nous vivons dans un monde qui préfère se laisser fasciner par

une mort-spectacle au cinéma à grand

renfort d’hémoglobine ou dans les faits

divers à la télé, bien à l’abri derrière ses écrans

Se priver de l’espérance que le Bon Berger a fait naître en nous, c’est risquer de sombrer, un jour ou l'autre, dans le désarroi comme une brebis qui s'est égarée en broutant hors des sentiers battus,  Bêeee !


Peut-on apprécier le présent si l’on veut ignorer sa mort ? serons-nous jamais prêts à affronter celle de nos proches si nous vivons dans le déni alors que la vie est une succession de deuils qui sont souvent des leçons de vie ?

(CLIC sur l’image)

COIN PRIÈRE

Si Jésus est le berger dont parle Ézéchiel 34:11-16, il est accrédité par Dieu lui-même : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai trouvé mon plaisir ; écoutez-le ». Il est le berger promis à Israël, celui qui « entre par la porte ». qui « appelle ses propres brebis par leur nom ». Il les précède dans le chemin pour qu’elles ne s’égarent pas et cherche celles qui sont égarées pour les  ramener au bercail et pour écarter tout danger au prix de sa propre vie.

 

ATTENTION danger !

un sentiment d’appartenance à un groupe avant de la retourner comme une crêpe.


Désinformation, ordi ou smartphone à l’appui, ses frères ou ses soeurs, ne lâchent plus leur proie et la coupe du reste du monde en lui donnant le sentiment de faire partie d’une élite et d’oeuvrer pour une cause juste...

La technique d’endoctrinement sectaire a très bien été intégrée par l’islamisme

radical qui sait créer autour de la victime ciblée, en quête de sens et de repère,

Qui peut savoir ce que la peur ou le désespoir peut déclencher comme se précipiter dans la direction du moindre tintement de clochette au risque de tomber dans un précipice

De toute évidence Jésus n’est pas un gourou : le Maître s’est fait serviteur et il a refusé la gloire, il est doux et humble de cœur, il rassemble au lieu de séparer, il guérit à tour de bras, sans juger ni condamner, sans racoler,   jusqu’à donner sa vie et protéger celle de ses disciples.

.


Rien à voir avec le  gourou qui séduit, dépouille, exploite et  aliène, jusqu’à priver ses disciples de tout sens critique quand ils sont tombés sous son emprise. et qu’il faudra déprogrammer  pour les en libérer...

Mieux vaut écouter les reproches d'un homme sage

que les flatteries des insensés." Ecclésiaste 7.5

Comment trouver son bon berger ?

Sans soutien, peut-on aller loin ?

Même Jésus, Fils de Dieu pour les uns ou l’un des plus grand guide spirituel de tous les temps pour d’autres, ne faisait rien sans avoir prier  pour rester en communion avec son Père …

Pour celui qui ne croit pas au Ciel, quel peut être son bon berger ? celui ou celle qui le guide par son exemple, qui lui apprend à apprendre et ne fera pas les choses à sa place,  en qui il a confiance , qui le laisse libre de le suivre ou pas, de qui il se sent aimé et compris, qui lui révèle le meilleur de lui-même et, surtout, qui ne lui demandera jamais de faire du mal à autrui...

Chacun peut être  l’ange gardien de quelqu’un, parce chacun a sa raison d’être quelques soient ses dons, ses carences ou ses handicaps ; c’est le plus souvent par nos failles que l’Amour peut entrer et combler alors ce que nous croyions être de la solitude.

pour recevoir cette lettre-hebdo : 

CLIC sur le smiley

inscription (gratuite) à

clindieu.com@gmail.com

MERCI (et pardon) aux talentueux humoristes auxquels j’emprunte les dessins et qui ne sont pas responsables des

textes des bulles


Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi :

ton bâton me guide et me rassure ’’