Journée mondiale des malades ...

Notre-Dame de Lourdes (1858)

Voici ton fils ... Voici ta mère ”.  (Jn 19, 26-27)

dit Jésus à Marie et à Jean, avant  de mourir  sur la croix , en nous confiant ainsi sa maman ... désormais la nôtre.


Le Pape François nous rappelle, à l’occasion de cette journée, la  ‘’vocation maternelle de l’Église envers les personnes dans le besoin et les malades  qui s’est concrétisée, au long de son histoire bimillénaire, par une très riche série d’initiatives en faveur des malades. Cette histoire de dévouement ne doit pas être oubliée. Elle se poursuit aujourd’hui encore, dans le monde entier’’ (...)  


À l’occasion du 160ème anniversaire des apparitions de la Vierge Marie à Bernadette,

une fresque sur la Place Peyramale de Lourdes

célèbre l’évènement  avec quatre chapitres chronologiques ; une vue panoramique sur le destin extraordinaire de la cité, bouleversée par

le témoignage de Bernadette Soubirous.

Qui osera reprocher à l’Eglise catholique  d’être misogyne alors qu’elle a reconnu Marie, mère de DIEU !


Une maman du Ciel beaucoup sollicitée parce que chacun sait le très grand ascendant qu’elle a sur son Fils


Asile, asile ! (quand l’espace d’une église avant même

toute loi, était jugé sacré et inviolable.)


C’est de cette vertu théologale, la Charité

(avec la Foi et l’Espérance) et de son

incontournable hospitalité, qu’est né l'hôpital (d’abord assimilé à l’hospice) avec

l'avènement du christianisme .


Ces hôpitaux furent longtemps gérés par des religieux, comme le fut l’enseignement;

l'hospice du Moyen-Âge religieux deviendra

un lieu où l'on rassemble des malades en

séparant la notion de maladie de celle de

misère.


L’évangélisation n’est pas du prosélytisme et ne peut être éducative sans être caritative ; le christianisme s’est tout de suite traduit par des oeuvres humanitaires et sociales : vêtir celui qui est nu, donner l'hospitalité, visiter les malades et les prisonniers, nourrir ceux qui ont faim, donner à boire à ceux qui ont soif ...

Ce n’est qu’à la fin du XVIIIème quand la révolution française s’empara des biens du clergé  que l’hôpital, que nous connaissons, héritera des anciennes structures hospitalières pour devenir progressivement l’assistance publique et notre système

hospitalier en crise aujourd’hui.

Beaucoup d’HUMOUR, un peu d’AMOUR,

en attendant que la tendance s’inverse ...


Parce qu’on attribue souvent au patrimoine de l’Eglise, des cathédrales, des églises et autres édifices qui ne lui appartiennent plus (elle n’en est qu’affectataire depuis


la Révolution française), et surtout parce qu’elle a, comme tout le monde,

besoin d’argent pour vivre et faire

vivre, pas seulement ses prêtres, mais

un nombre impressionnant d’hôpîtaux, maisons de retraite, orphelinats, dispensaires, écoles etc.. qu’elle gère dans le monde entier (clic sur

l’affiche du denier), les campagnes du denier se sont faits clin Dieu

L’Eglise institution, nous a resservi dernièrement, avec humour, des accroches sur le mode : Chez nous tout est gratuit ... L’Eglise est riche ou encore

Vous aussi devenez riche ,  Assurez-vous un portefeuille de vraies actions  ou investissez dans de vraies valeurs d’avenir.

Il est indiscutable que l’Évangile ait eu des conséquences sociales sur notre société qu’il a contribué et continue de contribuer à la construction de son humanité.

Faites tout ce qu’il vous dira a dit Marie aux Noces de Cana.


Ecoutez-le ! Faites lui confiance ! Dieu nous le demande depuis le début ! c’est ‘la prière’ qu’Il a inspiré à Israël  :

«Shema Israël !» Ecoute !


N’est-ce pas ce qu’attend un père qui aime ses enfants pour mieux

les protéger contre eux-mêmes ?


‘’TA FOI T’A SAUVÉE !’’


La FOI N’EST PAS UN PLACEBO ....

Les neurosciences, qui nous éclairent,

aujourd’hui sur notre mécanique,  ont

constaté que celui qui a la foi stimule, sans le

savoir, des zones spécifiques de son cerveau et

libère des endorphines qui l’aident à gérer

son stress. Libéré de ses angoisses, il est plus

facile de trouver des solutions .

Mais on a des oreilles et on n’entend pas,

des yeux et on ne voit pas !... 

Alors si Dieu envoie parfois un signe fort pour nous interpeller que l’on appelle miracle, il nous envoie le plus souvent des

petits signes, dits providentiels, que l’on peut ou non recevoir,

car un signe, par définition, s’adresse toujours à notre liberté


La dimention spirituelle a bien un impact sur le cerveau ,

sur le cœur et même sur les intestins par la présence de neurones dans chacun de ces organes...


  


Mais nous le savions déjà : une foi sans les actes n’est qu’une coquille vide  et le contraire de la foi est moins le doute que la PEUR : peur des autres, des pauvres, des sans abris, de ceux qui

souffrent et qui nous sortent de notre zone de confort; celle-là même où nous nous réfugions quand nous détournons la tête. On attire à soi ce que l’on est et ce que l’on donne ; c’est pourquoi les

aider à se lever... nous aide à nous relever, nous-mêmes ...


La Gloire de Dieu,

c’est l’homme debout !


Relever, c’est ce que Jésus n’a cessé de faire ...


« relever », c’est le même mot que « ressusciter » !

En chassant la peur nous découvrons le secret du bonheur : « Aimer ». Aimer c’est d’abord vivre avec les autres, partager leur vie, laisser-prise à l’autre en nous. C’est le Christ lui-même qui vient à notre rencontre à travers eux (Matthieu 25).

Denis Chautard

(prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier des personnels de la Préfecture de Police de Paris)


COIN PRIÈRE

une pensée pour notre planète malade :

‘’Face au monde qui change,

il vaut mieux penser

le changement que changer

le pansement.

MERCREDI prochain, 14 février2018,

mercredi des Cendres...

entrée en CARÊME


Dans son message pour l’entrée en CARÊME, le pape François nous met en garde contre ces « prophètes,  ces

« charlatans » qui offrent des solutions simples et immédiates aux souffrances, des remèdes qui se révèlent cependant totalement inefficaces :


‘’à combien de jeunes a-t-on proposé le faux remède de la drogue, des relations

« use et jette », des gains faciles mais malhonnêtes ! Combien d’autres encore se sont immergés dans une vie complètement virtuelle où les relations semblent plus faciles et plus rapides pour se révéler ensuite tragiquement privées de sens ! Ces escrocs, qui offrent des choses sans valeur, privent par contre de ce qui est le plus précieux : la dignité, la liberté et la capacité d’aimer ‘’(…)

clic sur l’image pour lire le message en totalité