Être un homme c'est bien, mais il y a encore mieux : être humain

Jules Romain

Notre Humanité ne partage pas seulement un patrimoine génétique, elle partage une conscience suffisamment universelle pour qualifier d'inhumains ceux qui ne la respecte pas (ce qui donne un sens au crime contre l'humanité)

(*convention linguistique qui consiste à dire que le masculin l'emporte sur le féminin. ... Ainsi, lorsque le genre masculin rencontre le genre féminin dans une même phrase, le sujet sera masculin quel que soit le nombre de sujets féminins ou masculins et leur emplacement)

En France, la majuscule de Homme désigne l'humain comme dans la Déclaration des droits de l'Homme ; une tradition (lingustique, patriarcale?) *..

* égalité, parité,    poil au nez!

pas encore tout à fait réglée...

La France n'est pas revenue sur cette rédaction historique qui date de la Révolution et a mis du temps avant d'accorder aux femmes les droits qu'elle conférait aux hommes ; mais pour la plupart des pays européens cette Déclaration utilisent  « human right » en anglais, Menschenrechte » en allemand,       « derechos humanos » en espagnol, « diritti umani » en italien, etc…)

il est des nôotres !

Où situer les humains, alors ?

A quel moment s'est faite cette distinction entre l'Homme et l'Animal ?

Les hommes ne sont-ils pas capables de conflits et de guerre comme d'amour et de paix  ?…

On dit dans la loi de la jungle, que la raison du plus fort est toujours la meilleure; c'est le chacun pour soi , le tout est permis,  tuer ou être tué. Mais violences et intimidations ne sont pas la norme chez toutes les espèces animales.  

La société Bonobo, nous le savons, est matriarcale et les relations pacifistes : pas de lutte pour le pouvoir ...l’activité sexuelle sert  à résoudre les conflits.

Des scientifiques, qui ont étudié et testé leurs comportements, ont conclu que ces primates, contrairement aux humains (!),  vont toujours vers les sujets agressifs et asociaux dans lesquels ils verraient un signe de statut social élevé ;

Autre exemple chez les quokkas australiens, aussi, voisins du  

ils chercheraient donc, tout simplement, à se ranger du côté des individus dominants. ce qui n'est pas notre conception d'un humanisme qui prône la dignité et la valeur de tous les individus  et rejette les formes d’assujettissement.


Science sans conscience n'est que ruine de l'âme  Rabelais

Quand la Bible raconte que Dieu demanda à l'homme de nommer toutes les créatures, n'était-ce pas pour l'inviter, ainsi, à établir  des classifications et ce faisant à discerner les différences et à les expliquer... c'est le début de toute démarche scientifique et  l'observation du cosmos et de la nature ne peut que nous conduire à célébrer la grandeur de celui qui en est la Source.


à noter que la traduction du terme malum en latin, désigne indifféremment le mal et… une pomme !

« croquer la pomme » (qui évoque  des galipettes sexuelles) n’a donc aucun fondement biblique* d'autant que le créateur dit clairement au couple croissez et multipliez...  

(*pas davantage que « la pomme d’Adam » qui lui serait restée en travers de la gorge)

.

Les erreurs étaient inévitables dans des traductions successives de l’hébreu au français, en passant par l’araméen, le grec,  le latin…


Pour que l'homme et la femme soient réellement libres, ne fallait-il pas qu’ils aient le choix ?

Leur choix a été de désobéir,  C'est en enfreignant l'interdit qu'ils ont cru s'émanciper et  que leurs yeux s'ouvrirent. Pour la première fois, ils prenaient conscience de ce qu’était le mal ... et de leur nudité, autrement dit de leur vulnérabilité...

Il n'est pas juste d'opposer la Foi à la Science. Si l'on ne veut croire que ce qui est démontré par la science, la science ne peut, de son côté,  ni prouver ni réfuter certaines croyances religieuses.

Les progrès de la science n'impliquent pas forcément les progrès de la sagesse. Quand la Religion empiète inévitablement sur les platebandes de la Science, c'est toujours dans un souci éthique ; une éthique guidée par la raison et inspirée par la compassion envers nos semblables,  que l’on appelle  l’humanisme.

Bref, la règle d’or qui devrait nous guider en tout temps et en tout lieu.

Mais on dit aussi que


et il dominera toutes les autres créatures... l'Homme est capable de s'élever au dessus des animaux  ou de chuter dans la bestialité ;  l'animal tue pour se défendre ou se nourrir, l'homme est capable de la torture et du meurtre gratuit.

Il y a deux cris dans l'homme, le cri de la bête et le cri de l'ange ;

le cri de l'ange c'est la prière, le cri de la bête, c'est le péché  Jean-Marie Vianney


mais de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n'en mangeras pas... ce n'est pas le remake  de l'audacieux Promethée qui vola le feu de l'Olympe, propriété de dieux jaloux, et s'attira leur foudre  Pourquoi cet interdit divin, le seul dans cette surabondance d'un bonheur offert sur un plateau ?

la guerre, le consumérisme, la télévision, la technologie, est-ce en cela que  réside le génie de l'Homme ?

kangourou , surnommés les animaux les plus heureux du monde, pas d’agression physique . Ils ne s'attaquent pas entre eux.

Tout s'était déjà accéléré ces 50 dernières années… pas seulement la fonte des glaces et le réchauffement climatique mais les progrès scientifiques qui ont améliorer notre vie quotidienne que ce soit au point de vue médecine, communication ou transports en bousculant nos mentalités.

.

Cependant, certains progrès scientifiques posent déjà des problèmes et cette liberté réclamée à cors et à cris pour satisfaire nos désirs ne sera pas sans effets secondaires ...

La fin  justifie-t-elle  toujours les moyens ?


* l'augmentation du nombre de barrages (hydroélectriques ou de retenues d’eau agricoles) ne peut  se justifier sur le seul critère économique ;  les effets en sont  catastrophiques sur les cours d’eau et sur la biodiversité;  ils n'apporteraient qu'une contribution très modeste au développement de ces activités et peuvent être un obstacle au bon état écologique des eaux (sans parler des risques d'accidents catastrophiques dues à des crues, glissements de terrain, séismes...)

La Silicon Valley en Californie, rêvent déjà des cyborgs du futur, truffés de capteurs capables de récolter une foule d'informations interconnectées qui se multiplient sans cesse.  C'est dire si Dieu est mort pour les transhumanistes qui estiment ne plus en avoir besoin pour répondre à leur désir d’éternité, jusqu'à vaincre la mort.



Ce n'est pas faire injure aux animaux que de dire que notre espèce est douée de capacités intellectuelles qui la distingue; n'est-elle pas la seule capable de conceptualiser des idées, d'imaginer, de se projeter dans le futur, de façonner son environnement ? En ce sens, il existe un génie proprement humain. Mais de là à nous croire supérieurs ... Quel est ce plus qui le rend humain ?

L'Eternel a créé l'Homme libre et responsable ...

Celui qui détient la connaissance  détient le pouvoir,

celui qui l'entretient détient le monde  Adam Smires


En dominant le marché du numérique, les big five ou GAFAM : Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, ces cinq géants du web l'ont bien compris et sont en train de devenir les maîtres du Monde tant leur influence  financière et sociologique est exponentielle…

.

On n'arrête pas le progrès ! mais de quel progrès parle-t-on, quand on en évince la Nature ?

La révolution biotechnologique nous a fait basculer d'une technique instrumentale qui collaborait avec la nature, comme le moulin laisse le vent pousser ses ailes, à l'instrumentalisation invasive de la nature, comme, par exemple, le barrage hydroélectrique*.

le transhumanisme ne serait-il pas le contraire de l'humanisme ?


L'Homme n'est-il qu'un animal raisonnable (doué de la raison dans son sens le  plus strict) ou doit-il  chercher son humanité dans la part divine qu'il est en lui ?

"Faisons l'Homme ... Pourquoi ce pluriel dans la Bible ? Si la création de l'Homme n'a pas été  celle d'une marionnette comme Pinocchio sortant des mains de Gepetto mais une co-production, ce pluriel nous implique alors dans la construction de notre humanité !


Les barrages naturels des  castors ne produisent certes pas d'électricité mais à l'inverse de nos grands barrages, ils n'occasionnent pas une rupture écologique; ils attirent une faune diversifiée ( poissons, canards, rats musqués, visons, loutres de rivière,  cerfs, oiseaux, amphibiens etc) en aidant même, parfois, à diminuer les débits de pointe des crues printanières (ces crues qui érodent le sol, emporter les routes, etc. .)

.

Une région, en pleine déchéance depuis leur disparition, a vu ses forêts renaître, ses sources couler et ses incendies cesser, grâce à la ré-introduction de ces petits ingénieurs semi-aquatiques

Mais l'intelligence est autonome, l’I.A, l'Intelligence Artificielle ne l'est pas (encore...)

Nos robots n'ont encore que l'intelligence de la tâche pour laquelle, l'homme les a programmés.

mais nous progressons vers un ensemble d’algorithmes, inspirés du fonctionnement des neurones biologiques,vers la résolution de problèmes à forte complexité (dont la publicité profite déjà largement)

.



Des ordinateurs peuvent désormais ajuster eux même leurs paramètres internes pour progresser ; on appelle cela  l’apprentissage profond ou deep learning.


Mais la prise de contrôle des IA sur l’homme, n'est pas (encore) d’actualité.

La question à se poser aujourd’hui n’est pas de savoir si l’IA deviendra véritablement intelligente un jour, mais de savoir quelle vision du monde elle propose.

car la question qui se pose n'est plus seulement l'humain mais

le post-humain et le transhumanisme

Le transhumanisme est ce mouvement très actuel obsédé par les moyens de transcender les limites humaines en utilisant la technologie pour améliorer voire augmenté l'être humain et changer   la condition humaine,


Progrès = promesse de vivre mieux

Mais qui peut se passer d'électricité aujourd'hui ? Il n'est pas question non plus d'arrêter les recherches et de baillonner la science,  ni de nous transformer systématiquement en moderne Don Quichotte contre tous les avancées technologiques qui nous font peur ; mais d'essayer de réguler nos prétentions en ne restant pas ignorants sur les risques encourus (comme de lire la notice des médicaments sur les effets secondaires).

Paranoïaques s'abstenir : des technologies capables d’anéantir l’humanité existent déjà ; c’est le cas de la bombe atomique. Après Hiroshima, Einstein, ne s'est-il pas écrié que nous n'étions encore que des Cro-Magnon, en possession, désormais, de bombes nucléaires, capables d'anihiler l'humanité toute entière !...

Pour l'heure, les hommes n'ont pas envie de s'auto-détruire et leur souci serait plutôt de se débarasser des déchets radioactifs des centrales sans se priver du nucléaire


Mais il ne faudrait pas que les hommes perdent la maitrise de leurs créations comme dans la légende du Golem...

La technologie n’est pas neutre, c’est ça le vrai danger ..


Ne sommes-nous pas déjà passer d’une médecine curative à une médecine « d’augmentation » censée répondre aux défis du monde ? celle de l'éternelle jeunesse avec la chirurgie plastique, le rallongement de l'espérance de vie avec ses échanges standards d'organes bientôt disponibles dans la réserve de nos clones !

Foi et idéologie transhumaniste font écho à des désirs profondément inscrits chez l’être humain.

Au Black Friday de la transcendance,  les transhumanistes proposent une réponse séduisante à travers les sciences et technologies : atteindre l’éternelle jeunesse  !

Notre corps n'est pas seulement matière, il est aussi esprit,

un esprit qui n'est pas réductible à un ensemble de circuits neuronaux


On peut aussi fonder de grands espoirs sur ces fameux ciseaux génétiques pour qu'ils modifient ces genes qui nous gênent  … notamment dans le traitement des cancers et maladies génétiques ;  

Mais nous sommes encore des apprentis sorciers ; cette technique exige une très grande prudence en raison du danger de mutations non désirées  et soulève aussi de lourdes questions éthiques ; comme de s'en servir pour choisir le sexe, la couleur de cheveux de son bébé ou d'augmenter sa force physique... par exemple

Le tri de bébés sur commande ?

Parce que ce tri des futurs humains est inquiétant : le « père » d’Amandine, le premier bébé-éprouvette français (1982), Jacques Testart,  nous interpelle aujourd’hui en clamant son opposition à la gestation pour autrui (GPA) et à la sélection des embryons.  


high tech et surtout robots ménagers connectés pour faire gagner du temps aux ménagères ; un temps précieux qu'elles pourront utiliser pour un travail rénumérateur qui leur permettra d'acheter de nouveaux robots de

Non, ce n'est plus de la science-fiction ! Nous n'en sommes pas encore aux stades des super héros et des cyborgs hollywoodiens ; mais les robots sont déjà là :

plus en plus performants, ou pas, dont l'obsolescence programmée permettra de faire  place à de nouveaux robots de plus en...etc

La révolution technologique en cours est  source de nombreuses inquiétudes. En particulier ce qu'on appelle  l’intelligence artificielle (IA).


Lutter contre le vieillissement et la mortalité, c’est le but que se sont donnés certains géants du web en investissant leur fortune personnelle  dans une fondation de recherche scientifique :

avec  cryogénisation pour différer la mort, et à l'étude : téléchargement de sa conscience dans un nouvel emballage corporel, prothèses dernier cri, transfusion de sang jeune pour vieillir moins vite… autant de pistes qui ont fait l'objet d'une filmographie dite de science fiction

Les améliorations obtenues seront majoritairement destinées à être markettées et vendues…sans se préoccuper des transformations sociétales qui pourraient en découler et qui impactent déjà nos vies.

Et, pendant que ces recherches spécifiques sont subventionnées par les plus riches, d'autres budgets en souffrent et on ne sait toujours pas fournir de l’eau potable et de la nourriture à un quart de l’humanité

La question à poser au transhumanisme n’est donc pas : « Va-t-on s’en sortir grandi ? » mais plutôt : « Qui ? »…

Mais, ces recherches coûtent cher et personne n’investira les milliards qu'elles requièrent sans en attendre de retour sur investissement et donc sans miser sur leur rentabilité.  (Il faut une urgence comme celle d'une pandémie pour en accélérer certaines).  

On s’inscrit d'ailleurs, déjà, dans une démarche eugéniste avec le diagnostic pré-natal (DPN) pour la Trisomie 21 en début de grossesse  mais ...dans le DPN, on cherche à éliminer le pire (un foetus sévèrement handicapé), alors que dans l’autre, on sélectionne les meilleurs parmi une foule d'embryons, hors du corps ..

Dans l’inconscient collectif, le terme « eugénisme » renvoie aux nazis. En fait il s’agit d’une logique de sélection pour  l'amélioration de l’espèce et c'est l’essence même du transhumanisme, qui n’est, selon lui, qu’un eugénisme relooké.

Quand on sait que l'on fabrique déjà des ovules de souris à partir de cellules de peau , on devine qu'on aura accès  demain, via cette technique, à des centaines d’embryons sans faire souffrir les femmes.

CLIN DIEU

Il se pourrait (clin d'oeil divin) que ce soit justement l'I.A  notre meilleure alliée pour amener les transhumanistes à  chercher et à découvrir ce qu'il a d'unique et d'incomparable en l'Homme

La clé du bonheur n'est pas dans le Q.I...mais dans ce qui n'existe pas chez les machines : l' AMOUR !

C'est l'AMOUR qui nous humanise ; c'est l'AMOUR qui entr'ouve les portes du Jardin d'Eden  quand nous aimons et que nous nous faisons aimer des autres créatures que l'on dit bêtes ou sauvages...

À quand l'éradication des bioconservateurs qui ne veulent pas du progrès car ils seront estimés nuisibles au genre humain ?

Aujourd’hui, on ne peut plus s’inscrire à la fac ou payer ses impôts sans Internet. Les technologies ne vont-elles pas exacerber les inégalités dans les décennies à venir ?

La cryogénisation fait déjà l'objet d'un commerce juteux.

Les cryogénisés

pourront-ils se

réveiller

un jour ?...

On ne peut mésestimer les bienfaits apportés par des techniques qui restituent (grâce à des prothèses) une certaine autonomie ,.. mais si nous avons toujours besoin du progrès technique, il doit être mis sous surveillance pour éviter ses effets pervers.

Peut-on remplacer les valeurs fondamentales de l’humanité par une technologie qui permettra à des algorithmes de me connaître mieux que je ne me connais, (comme ces logiciels qui prétendent statistiquement trouver ton âme soeur ?)

Ce n'est pas vaincre la mort qui devrait nous faire rêver mais bien trouver  la clé du bonheur  !

Dans l'Iliade et l'Odyssée,  Calypso avait promis à Ulysse l’immortalité et la jeunesse éternelle pour le retenir à ses côtés, mais Ulysse résista à cette tentation; il souhaitait trouver un sens à son existence jusque dans sa finitude.

Vous ne mourrez pas, vous serez comme des dieux ... Les transhumanistes ne sont pas non plus les premiers à vouloir se passer de Dieu...



La Foi est la grande force des chrétiens qui ont peur de souffrir comme les autres, mais ne redoutent pas la mort dont ils attendent (avec confiance mais sans impatience) le jour J .

Ce jour là, Jésus a promis de le commuer en bonheur à perpétuité pour tous ceux qui auront été ses frères, même sans le savoir, parce qu'ils auront fait preuve d'humanité  (relire les Béatitudes...)

Peut-on changer nos corps sans perdre ce qu'il y a d' humain en nous ?  

Concevoir des bébés médicaments comme on le fait déjà ?  

Eviter le commerce international des gamètes et des embryons, ou encore la location d’utérus ?

Vouloir augmenter l’homme, n’est-ce pas une manière de le réduire à des morceaux de viande et d'os ?

La société va-t-elle se diviser entre les « augmentés » qui pourront se payer les avancées technologiques et les  normaux qui ne le pourront pas ?

L’Homme est infiniment plus que ce que le transhumanisme veut faire de lui.

Qu'est-ce qui fait de nous des humains ?

.

Sur le plan biologique, c'est notre ADN !

cela dit l'homme et le chimpanzé ont 99,4% de leur ADN en commun. 60% de gènes en commun avec le cochon



On ne connaît que les choses que l’on apprivoise. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître, ils achètent les choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’y a pas de marchand d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. Si tu veux un ami, apprivoise-moi.