PARLEZ-MOI D’AMOUR ...

Je m’aime, tu m’aimes, il (elle) m’aime, nous nous aimons , vous vous aimez, ils s’aiment


VOYEZ COMME ILS S’AIMENT !

disaient les gens impressionnées par la communion fraternelle des premiers chrétiens...mais « On dirait que l’humanité a oublié les lois de son divin Sauveur, qui prêchait l’amour (et ce, même de l’ennemi) et le pardon des offenses, et qu’elle fait consister son plus grand mérite dans l’art de s’entre-tuer. » Léon Tolstoï  (Guerre et Paix)

Chacun commence à conjuguer le verbe aimer avant même de sortir du ventre de sa maman   dès le premier battement de son cœur qui répond déjà au battement d’un autre cœur

Quand le bébé sort de son nid douillet,

l’AMOUR a d’abord un gout de lait et la chaleur d’un corps contre le sien ; il prend vite la forme des mains qui caressent, des bras qui bercent, de la douceur des baisers,  des voix qui rassurent, jusqu’à... ce que ses yeux distinguent enfin le visage de ceux qui l’aiment ; tu peux être sourd ou aveugle mais ...

En théorie, quoi de plus naturel que  l’amour maternel ?


on le cite volontiers comme exemple ; mais s’agit-il seulement du déclenchement d’une hormone comme celle qui attache les animaux, le temps du sevrage, à leur progéniture ? En vérité, l’amour ne va pas de soi !

il se manifeste dans la gratuité de nos actes de tous les jours comme ceux de cette maman malade qui oublie son mal pour soigner son enfant ou qui lutte contre son propre sommeil pour veiller sur le sien; et comme chaque fois que tu puises dans ton empathie pour t’identifier à l’autre et l’aimer tel quel.


L’AMOUR est don de soi.


L’Amour a besoin de

l’autre pour exister !


Comment s’aimer si l’on ne

se sent pas aimable dans

l’image que les autres nous

renvoie de nous-mêmes ?


Tant que je ne m’aime pas, je demeure dans cette attente d’être aimé.


Le manque de confiance en soi compromet toujours la relation avec autrui

PEUT-ON VIVRE SANS AIMER OU SANS ÊTRE AIMÉ ?


Sans amour, le cœur s’affole, il en a besoin

et le cherche parfois dans des plaisirs fugaces qui le laissent sur sa faim, il peut même en mourir ou las de le mendier,

il se révolte, laisse la colère l’envahir et comble ce manque par de la haine.


Mais la haine n'est pas plus le contraire de l'amour que le froid est le contraire du chaud.





‘’Le Mal est simplement l'absence de Dieu, répondra-t-il ; il est comme l'obscurité et le froid, un mot que l'homme a créé pour décrire l'absence de Dieu. Dieu n'a pas créé le mal.

Le froid et le Mal n'existent pasaurait dit  Einstein dans un célèbre dialogue avec un prof qui voulait démontrer à ses élèves que Dieu n’existait pas,sinon pourquoi le MAL,hein ! pourquoi ?...

Le Mal n'est pas comme  la foi, ou l'AMOUR qui existe tout comme la LUMIÈRE et la chaleur. Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand l'homme n'a pas l'AMOUR de Dieu dans son coeur. Il est comme le froid qui vient quand il n'y a aucune chaleur ou l'obscurité qui vient quand il n'y a aucune LUMIÈRE’’  

celui qui trouve DIEU n’est jamais seul  

mais nous ne Le cherchons pas toujours là où il faudrait

Aimer ce n’est par forcément tomber amoureux même si c’est l’état le plus recherché comme une porte qui s’entrouvre sur le paradis tel qu’on veut l’imaginer


d’ailleurs pourquoi dire tomber amoureux ou tomber en amour ?

Est-ce la sensation de perdre pied, d’être entre ciel et terre, que le temps s’arrête rien que pour nous, de trouver tout le monde merveilleux ?


Oui,  mais c’est aussi parce que l’AMOUR ne se résume pas au sexe comme voudraient le faire croire les marchands de bonheur; gare à la chute qui a raison de sa magie si

nous n’aimons pas de tout notre corps mais aussi de tout notre coeur et de toute notre âme .

CLIN DIEU

DIEU est AMOUR !?

Aujourd’hui encore on tue, on persécute au nom de Dieu, et avec quelle barbarie !

mais personne n’est dupe, ce n’est pas la foi qui guide la main des assassins !

L’athée qui cherche des réponses questionne le vide, face à lui-même ; la foi comme l’amour ne grandit pas dans un

monologue, mais dans un dialogue avec cet Autre appelé  Dieu, Abba, Père ...


Pour certains,  la religion n’est qu’un "pansement" qui nous épargnerait de raisonner sur nos origines


et sur notre raison de vivre, alors que la philosophie s’exerce à éclairer nos lanternes en s’ affranchissant d’un être suprême et en faisant confiance à l’Homme  .


mais faire confiance à l’Homme, dit la Bible, n’est-ce pas ce que Dieu a fait, dès la genèse, en faisant de notre humanité la gardienne de son Jardin ?

Mais, là où tout a échoué, la prière peut souffler sur l’étincelle divine

qui est en chacun de nous et ranimer l’énergie qui nous manque !

Si l’harmonie recherchée est de moins en moins au rendez-vous  dans notre société sécularisée , ne peut-on se demander si ce n’est pas pour avoir négligé la foi que notre monde (si rationnel si technique si capitalisé) n’a pas réussi à vaincre sa rapacité, son intolérance et ses pulsions identitaires ?...


Et si cette foi, finalement, indissociable de l’amour de Dieu et de l’amour d’autrui, était l’antidote de l’intolérance et la seule voie de la PAIX ?

Son but ultime n’est-il pas d’unir tous les hommes à partir de cette reconnaissance mutuelle qu’ils sont les enfants d’une même Père ?

La Toussaint prochaine nous rappelle qu’il est donné à chacun(e) d’entrer dans le Saint des Saints mais s’il y a un APRÈS c’est dans l’AVANT que nous devons nous y préparer : c’est aujourd’hui, maintenant, tout de suite qu’il faut aimer parce que nous serons jugés sur l’AMOUR que nous aurons eu les uns pour les autres ...

BONNE FÊTE DE TOUS LES SAINTS

ce 1er novembre, à tous ceux qui n’auront pas choisi le  côté obscur de la force

et survécu au bouillon de onze heures des sorcières halloweenesques    



Il est écrit… le Royaume de Dieu est dans l’être humain. Pas dans un seul être humain, pas dans un groupe humain mais dans tous les humains, en vous …( discours final du barbier juif de Charlie Chaplin dans le Dictateur

(CLIC sur les piafs auréolés)

COIN PRIÈRE

Tu es le Dieu

Des choses impossibles,

Toi qui as rendu fécondes

Les entrailles stériles,

Nous venons

Te demander l'impossible :

Ramène tous les chrétiens à la maison.

Non pas dans Notre Eglise,

Non pas dans La Leur,

Mais dans La Tienne.

C'est impossible

Seigneur,

C'est pourquoi nous venons à Toi.


Bruno de Roeck