« Carpe diem » n'est pas une incitation à jouir du moment présent sans contrainte ni reserve. et  saint Augustin ne t'invite pas non plus à faire n'importe quoi quand il dit :

AIME et fais ce que tu veux...

Une société qui met l’accent sur le fais ce que tu veux,  oublie que cette liberté ne peut être pleinement satisfaisante sans d’abord vivre ce "AIME".

Nous sommes faits pour l’amour, le vrai;  c'est l’unité, la communion et le don de soi qui apportent la joie. Alors et alors seulement, tu peux faire ce que tu veux si tu es  animé par l’authentique Amour et donc :

Si tu te tais,  tais-toi par amour ;

si tu parles, parle par amour ;

Tu nous as faits pour toi, Seigneur, et notre cœur est sans repos, tant qu’il ne demeure en toi »


La France a été épinglée par le Conseil de l'Europe pour ne pas avoir encore interdit clairement toutes les formes de châtiments corporels sur les enfants, comme la fessée, contrairement à une majorité de ses voisins.

Si tu corriges, tu corriges par amour  

Donner une fessée à son enfant ne saurait être un geste éducatif même s'il s'agit d'une gifle qui ne dévisse pas la tête ou une petite tape sur la partie la plus charnue de la fesse... la violence n'est jamais une bonne réponse !

Mais ce n'est pas tant ce droit de corriger, que de battre ses enfants pour les élever (que les parents s'attribuaient traditionnellement) qu'il faut combattre quand on sait que 2 enfants meurent chaque  jour de maltraitance, sous les coups.


La vraie autorité est légitimement reconnue sans recours à la contrainte physique.

Le père, n'est plus le seul dépositaire de l'autorité au sein de la famille. cette autorité dite parentale appartient aux deux parents jusqu'à la majorité ou l'émancipation de l'enfant.


et c'est ce qui est heureusement essentiel pour l'enfant propulsé dans une famille recomposée ou né en dehors du mariage ou d'une conception  naturelle .

Elle est retirée au parent qui manque à ses devoirs qui est de protéger, d'entretenir et d'assurer l'éducation de son enfant, ce qui demande beaucoup d'amour.


si tu pardonnes, pardonne par amour.

Alors Pierre s'approche de Jésus pour lui demander: “Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner? Jusqu'à sept fois?” Jésus lui répondit: “Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois »


La sagesse voudrait que nous ne cherchions pas le rapport de forces mais toujours ce que nous avons en commun pour qu'un échange soit possible.

Faut-il laisser dire ou répondre à tout, même aux haineux, aux intégristes , aux gens de mauvaise foi ?  Beaucoup d’énergie dépensée pour rien souvent, sans faire avancer d’un pouce l’interlocuteur et même, au contraire,  le conforter dans son opposition... mais

.

      S'ils se taisent, les pierres crieront...

Parole de mise en garde ?  Quand Jésus entra dans Jérusalem, ses disciples avaient repris ce jour là (celui des Rameaux) un psaume qui l'accueillait comme le Messie libérateur. Les pharisiens craignaient que ce faux espoir ne suscitent une révolte contre les romains qui mettrait tous les juifs en danger.

Mais nous devons l'entendre aujourd'hui comme une parole d’espérance ;  car  Jésus réssuscité est la pierre que les bâtisseurs ont rejetée est devenue la principale, celle de l’angle, sur laquelle la construction (de notre vie) repose. Pas question de se taire.


Ils voulaient donc que les disciples se taisent. Alors Jésus  regarda Jérusalem et se lamenta sur elle  : Tes ennemis ne te laisseront pas pierre sur pierre ; les pierres ont, en effet, crié 70 ans plus tard et les premiers chrétiens ont pu voir dans la destruction du Temple de Jérusalem par les romains, la réalisation de cette parole.

On parle de déchristianisation et les persécutions ne sont pas anodines ; allons-nous faire silence ? raser les murs ? nous enfermer dans la peur ?



Quand bien même la morale biblique a du composer avec de nouvelles idées qui s'appuient sur le droit et sur la science, le lien entre morale et religion n'a pas été rompu dans la conscience universelle.

Et le message de fraternité est  commun à beaucoup de religions ;et beaucoup de communistes et beaucoup d'agnostiques sont ainsi




Aucune persécution n’a jamais pu faire taire les chrétiens ... quand on les faisait taire, d’autres surgissaient.

À partir de 1923, une persécution religieuse se déchaîna sur toutes les confessions religieuses en URSS. Bravant le danger d'être arrêtés et exécutés, des prêtres continuèrent à célébrer la messe clandestinement et les babouchkas (les mamies russes) ne laissèrent jamais le feu de l'Evangile s'éteindre quand le communisme se réappropria le message judeo-chrétien  ...

Marx n'a rien inventé, dixit le pape François. Les communistes ont volé notre drapeau, le drapeau de la pauvreté est chrétien


La mesure de l'amour est d'aimer sans mesure :  le pardon échappe à toute comptabilité s'il vient du fond du cœur.


Ces justiciers, auto-proclamés, nous consolent-ils de nos propres frustrations en laissant notre colère se libérer à travers la leur ?  N'y a-t-il pas une certaine jouissance à se venger même par procuration ?  Marre de pleurer sur le sort des victimes... mais alors les victimes, qui se vengent, ne deviennent-elles à leur tour des bourreaux ?

.

Pardonner ne veut pas dire nier l’offense ou l'oublier.

Pardonner peut être compliqué surtout si la personne en cause ne se sent pas concernée mais dans ce cas, la démarche du pardon est la tienne, pas la sienne

Qui est le plus heureux ? celui qui pardonne ou celui auquel on accorde son pardon ? Pour l'un du soulagement et l'autre un poids à porter.


Pardonner à l'autre c'est lui dire : tu vaux mieux que tes actes ! Paul Ricoeur

Catholique se traduit par universel :

Etre catholique, cela veut dire n’avoir pas de frontières, ne rien posséder, ne rien monopoliser, devenir "don" à l’égard de toute créature Maurice Zundel

dans le respect des gestes barrières , bien sûr

Pas de salut hors de l'Eglise ne peut vouloir dire catho ou rien ... car ceux qui n'ont pas le même culte ou  qui se sont éloignés de la religion, ne se sont pas forcément coupés de Dieu ; ils L'ont peut-être même rencontré, s'ils l'ont assisté, à travers celui qui avait soif, faim, qui était en prison, malade,  nu....



chrétiens sans le savoir comme Monsieur Jourdain faisait de la prose !

C'est le message des Béatitudes que nous avons à  transmettre pour instaurer le dialogue en attendant de partager ce trésor commun.

Seulement voilà : nous possèdons tous une réaction biologique/instinctive face à l'injustice. ...  c'est notre amygdale qui s'active (pas celle de la gorge, mais plutôt la partie primitive de notre cerveau qui gère la peur et la colère.)

Notre première réaction est donc celle d'une colère à ne pas refouler car elle est légitime mais à maitriser, car, nous le savons : colère et violence s’alimentent l’une l’autre.

On a rarement le réflexe de la non-violence et du mépris...cela demande un certain travail sur soi-même...

Vengeance à la une sur nos écrans

La vengeance reste l'inépuisable ressort  qui a irrigué les polars et les westerns. Les films gangrénés par la violence qui traitent de la vengeance ne se comptent plus...et ce thème n'est pas prêt d'être épuisé. Ce n'est même plus un truc de mecs.  Les femmes aussi y règlent leurs comptes en vengeresses redoutables, amoureuses bafouées ou justicières des grandes causes...

Ces films comme beaucoup de jeux videos sont-ils cathartiques ou nous entrainent-ils dans une banalisation d'une violence de plus en plus exacerbée par la technique ?  Les vannes d'une hyper violence sont ouvertes et se répandent désormais dans des déluges d'hémoglobine...

En tout cas, on peut interroger la violence au cinéma comme  une réflexion sur l'état d'un monde en colère ...

Le désir de vengeance est une chose abominable.  


Dans la vraie vie, la  vengeance ne fournit pas, comme on pourrait le croire,  son lot de soulagement. Elle ne déclenche que de l’amertume et un nouveau cycle de représailles dans une spirale qu'il est difficile d'enrayer

C’est notre capacité à pardonner en nous délestant du poids de la rancœur et du désir de vengeance qui nous permet de poursuivre notre route …

Notre Père ...Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé ..

Carpe diem

Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain

Horace

Laisse les racines de l'amour pousser en toi, car de ces racines ne peuvent fleurir que de bonnes choses.

L’Amour prend patience;

l’Amour rend service;  

l’Amour ne jalouse pas;

ne se vante pas,

ne se gonfle pas d’orgueil;

il ne fait rien d’inconvenant ;

il ne cherche pas son intérêt ;

il ne s’emporte pas ;

il n’entretient pas de rancune ;

il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ;

il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.»

(Corinthiens 13, 4-7)