Website Building Application

dans ces expériences accidentelles, l'esprit n'est pas resté confiné,  il est toujours celui du corps et de son moi qui le survole pour entrer dans la lumière (cette paix de Dieu dépassant toute compréhension comme l'appelle Paul) et qui hésite à revenir en arrière pour réintégrer notre monde

On peut douter de ces témoignages de personnes ayant vécu une EMI, comme ce  neurochirurgien persuadé qu'il s'agissait d'hallucinations liées aux effets de l'anesthésie ou de rêves postopératoires

Mais en 2008, il se retrouve dans le coma, en état de mort cérébrale. Au bout de sept jours, alors que ses médecins songeaient à le débrancher, le Dr Eben Alexander revient  miraculeusement  à la vie sans séquelles (alors que les dommages subis par son cerveau auraient du le condamner à un état végétatif)

Il en sort bouleversé et peut décrire tout ce qu'il y a vécu, en affirmant que le paradis est réel dans un livre :  La preuve du Paradis : voyage d'un neurochirurgien dans l'au-delà .

Contrairement à d'autres, le Dr ne rencontra personne de sa famille dans son escapade dans l'au-delà : son guide était une belle âme féminine. Mais il découvrit  quatre mois après son EMI qu'elle n'était autre que sa sœur biologique en recevant une photo d'elle ; il apprenait du même coup qu'il avait été adopté encore bébé et retrouvait ses parents biologiques. Cette sœur biologique, rencontrée dans son coma, était morte dix ans auparavant...


Alors qu'il avait été formé à la faculté de médecine avec la conviction que le cerveau crée la conscience, il réalisait que le cerveau n'était autre qu'un filtre de conscience.



Heureusement, personne n'est obligé de prendre le risque de mourir ainsi pour se connecter à l'Amour qui est  le fil conducteur de la plupart des grandes traditions spirituelles du monde ; méditation et prière nous invitent à ce voyage intérieur ...

Nous sommes tristes de voir nos bienaimés mourir et pas vraiment pressés de mourir nous-mêmes ; c'est pourquoi  la plupart des gens préfèrent éviter d’y penser et d'en parler : on évite même de prononcer ce mot : mort... on dit que la personne nous a quitté,  qu'elle est partie, au mieux qu'elle est décédée et on apprivoise sa douleur en parlant du défunt comme s'il était encore présent  ou pas loin...

N'est-il pas incohérent d'avoir peur de mourir et de précipiter l'heure de sa mort ?

et de vouloir légaliser un suicide assisté quand on condamne à la prison à perpétuité un meurtre avec préméditation ? ..

n'est-elle pas plus paradoxale encore, cette médicalisation de la mort (l’aide médical à mourir (AMM) pour des médecins qui ont pour vocation de nous garder en vie ?

baclés  les au-revoirs dans les crematorium, seuls les hommages officiels perdurent et le rituel des cérémonies religieuses qui aide à faire son deuil dans l'espérance  ...

.


La résurrection est une idée toute naturelle ;

il n'est pas plus étonnant de naître deux fois qu'une  Voltaire

Ils ont différé d'une époque et d'un pays à l'autre; des nécropoles virent le jour : tumulus,  tertres, dolmens et autres monuments mortuaires de pierres ou de terre en attestent ainsi que les objets laissés auprès des dépouilles ou des tombes


À quoi sert d’être écolo toute sa vie si on se met à polluer la Planète après sa mort ?

Mais nous n'en sommes pas à une incohérence prêt...

plus en plus remplacée par la crémation si Ikea  ne propose pas bientôt son kit cercueil à balancer dans la fosse avec ses planches et ses clous.

.

Le cercueil en carton pourrait répondre écologiquement à l'inhumation comme à la crémation si nous dépassons nos tabous. Chaque année des forêts sont brulées pour fabriquer des centaines de milliers de cercueils en bois et la thanatopraxie (formolisation pour  conserver le corps avant la mise en bière) utilisent des composés qui, lors de la décomposition du corps, s’infiltrent dans la terre et polluent immanquablement le sol et les eaux.

.


Vivre un deuil est encore plus difficile actuellement pour des obsèques, en période de confinement,  sans voir le défunt ou encore sans cérémonie pour beaucoup.

Aujourd'hui, la mort est de plus en plus  escamotée,  un fait divers aux infos,  un chiffre parmi d'autres sur un tableau de statistiques...

Inhumation ou crémation ?

Dans le judaïsme et l'islam, la question de ne pose pas, la crémation est interdite par la Torah et le Coran. La religion orthodoxe  s'y refuse encore (mais la tolère cependant sans l’encourager... elle est même autorisée en Grèce depuis 2006)

Les obsèques en France sont très onéreuses et La Cour des Comptes a d'ailleurs épinglé le marché des pompes funèbres


Que se passe-t-il après la mort ?

Dire qu’on a mis 20 siècles pour abolir la peine de mort dans cette vie  !


La mort est une formalité désagréable,

mais tous les candidats sont reçus. Paul Claudel

A  DIEU

L'homme du Néerdenthal a peut-être d'abord cherché à protéger les cadavres des vautours ou autres charognards mais les rites funéraires autour d'un enterrement semblent aussi vieux que l'humanité.

Ne s'agit-il pas  d'une parade à l’angoisse que la mort suscite ? à  l'espoir d'un au-delà ? Quelques soient les croyances, ce rituel funéraire est important pour que les proches du défunt puissent faire leur deuil, extériorisent leurs émotions et acceptent l'idée du décès; ce que l'on fait puisque    

Dire "adieu" ce n'est pas prendre congé d'une  personne qu'on ne reverra jamais, mais un  au-revoir ... si DIEU le veut

Pourtant la mort d'un proche est un drame ! et même  un véritable séïsme dans la vie de certains ; on se remet parfois difficilement d'une rupture qui

.

Ce que nous prenons pour une certitude scientifique “il n'y a rien après la mort”, ne repose sur aucune preuve.

Ce n'est pas faute de croire à l'au-delà si les chrétiens ne font pas tourner les tables pour communiquer avec ceux qu'ils ont aimé et qui ont rejoint la Maison du Père ... mais parce que les Écritures saintes nous interdisent de chercher à entrer en contact avec les morts, autrement que dans la prière.

Il est arrivé, cependant, qu'une porte s' entrouve sur ce mystère...


Quand j’étais un enfant, raconte Martin Buber, j’ai lu une vieille fable juive que je ne parvenais pas à comprendre. Elle disait ceci et rien d’autre :

“Devant les portes de Rome est assis un mendiant lépreux, dans l’attente. C’est le Messie”.

J’ai alors rencontré un homme âgé auquel j’ai demandé :

Qu’est-ce qu’il attend ?” Et l’ancien répondit :

Il t’attend” .

(Le temps messianique, c'est le temps de la paix.

Ne devons-nous pas préparer d'abord la venue du Messie en nous et entre nous ? )


Notre peur de souffrir, n'a d'équivalent que notre peur de l'inconnu; et c'est, peut-être, moins  pour apprivoiser cette peur que pour rassurer notre conception de la justice que nous avons imaginé l'enfer et ses brasiers pour les méchants impunis et le paradis réservé aux justes

mais...


à noter que l'on dit incinération pour des déchets ou des animaux et que le terme crémation est réservé aux humains ; mais le verbe incinérer est plus utilisé que le verbe crématiser

L'inhumation est donc de moins en moins tendance: c'est plus cher, moins rapide et risque d'être de  

Incinération ou crémation ?

C'est le cas de l'Église catholique qui accepte la crémation depuis 1963, à  condition toutefois que ce choix ne soit pas un reniement de la doctrine chrétienne ;  la liturgie doit être réalisée dans le plus grand respect du corps du défunt et la crémation sera précédée d'une messe ou d'une bénédiction (sans eucharistie). Quant aux cendres, pas question qu'elles soient dispersées, l’urne pourra donc être mise dans un columbarium ou une sépulture familiale.

Tolérée par le bouddhisme, la crémation est encouragée par l'hindouisme,  elle est obligatoire dans le jaïnisme et le sikhisme et

de plus en plus répandue partout  par manque de place dans les cimetières et le coût exorbitant des enterrements.

si nous faisons partie d'un grand Tout et que  l'Esprit n'a pas de frontières, peu importe alors que nous l'appelions  Dieu, Jehovah, Allah, Conscience Universelle,  Satori dans le Zen, Samadhi dans le Yoga, Fana dans le Soufisme... ou encore conscience cosmique, illumination, éveil, etc... si nous croyons que l'Amour est la grande force de notre univers et, comme tous ceux qui ont vécu une EMI (expérience de mort imminente), que l'abîme  qui  sépare le monde intérieur et le monde extérieur peut-être franchi et que nos âmes sont éternelles...

Il existe un abîme entre le monde des vivants et l'au-delà que nous ne pouvons franchir de notre vivant. Quand bien même certains le pourraient ou recevraient la visite d'un mort, personne ne voudrait les croire nous raconte la parabole de l'homme riche et de Lazare (clic sur l'image)

nous réussissons à vivre en oubliant la menace quasi quotidienne de notre trépas…

s'ajoute au rappel de notre propre finitude et nous versons autant de larmes sur un cercueil que sur nous-mêmes …

mais où sont les funérailles d'antan, les corbillards, corbillards de nos grands pères (comme chantait Brassens)... que l'on suivaient en papotant.

.

Il y a un bon bout de temps que les croque-morts ne mordent  plus l'orteil du cadavre pour s'assurer qu'il ne se réveillera pas.

oubliées les pleureuses professionnelles,

finies les tentures noires à la porte des maisons en deuil, les miroirs voilés, les brassards noirs, et les longues périodes de deuil.

Il ne s'agit pas seulement d'aventures d’outre-tombe et d'une réanimation réussie ; la plupart des témoins d'EMI aboutissent généralement à un changement ; ils ne reprennent pas leur vie comme avant. Leur regard sur le sens de leur existence est profondément modifié, la peur de la mort a disparu, l'envie de faire du bien et l'amour du prochain grandit...

Pendant le sommeil, dans nos rêves, le cerveau est toujours actif. Ce n'est plus  le cas dans  un arrêt cardiaque avec un électroencéphalogramme  plat ;  les sceptiques cherchent une explication à  ces sorties du corps et du cerveau, temporairement H.S, par un sursaut d'activité électrique cervicale, quelques secondes avant cette mort clinique  mais...

notamment avec les E.M.I (expériences de mort imminente), des phénomènes qui ne sont liés ni à la religion, ni à la culture, ni à l'âge

Le côté obscur de la force, redouter tu dois...




un grand merci (et pardon) aux talentueux humoristes auxquels j’emprunte les dessins ( qui ne sont pas responsables des textes des bulles du clin dieu )   Danielle Haddad

pour s’inscrire ou se désinscrire :

clindieu.com@gmail.com

ou sur Facebook : Danielle Haddad (Clin Dieu)

"S'ils n'écoutent ni Moïse, ni les prophètes, quelqu'un pourra bien ressusciter d'entre les morts : ils ne seront toujours pas convaincus.